Nous sommes le Dimanche 19 Novembre 2017

L’étude santé du jour : ressemblance génétique entre amis… aussi



SANTÉ – Des amis tout aussi proches génétiquement que des cousins éloignés ? C’est ce que révèle une étude américaine.


Nous avons plutôt tendance à choisir des amis proches génétiquement. Aussi proches même que des cousins au quatrième degré. C’est le résultat d’une étude publiée lundi 14 juillet, dans les comptes rendus de l’Académie nationale des sciences.

Cette recherche se fonde sur la base de données du Framingham Heart Study dans l’Etat du Massachusetts, qui comprend près d’1,5 millions de marqueurs génétiques de personnes et de leurs connaissances. Les auteurs se sont concentrés sur un groupe de 1 932 individus, la plupart d’origine européenne. Ils ont comparé des paires d’amis sans lien de parenté avec des paires de personnes étrangères l’une à l’autre.

1 % de gènes en commun

Les individus appartenant au même cercle social partageaient ainsi environ 1 % de gènes similaires, soit bien plus que les gens qui n’ont aucun lien d’amitié. Même si ce 1 % de gènes en commun apparaît faible, « pour les généticiens, c’est un chiffre significatif », assure le coauteur des travaux, Nicholas Christakis, professeur de sociologie, de biologie de l’évolution et de médecine à l’université Yale.

Ce pourcentage de similarités génétiques « est du niveau de celles de cousins au quatrième degré », souligne l’étude. « D’une certaine manière, nous parvenons, parmi une myriade de possibilités, à choisir comme amis des gens qui ressemblent à notre famille », conclut M. Christakis. Remplacer amis dans « famille, je vous aime, je vous hais », marcherait-il aussi ?

Des amis aux systèmes immunitaires différents

Autre découverte d’importance : nous aurions tendance à choisir des amis dont les systèmes immunitaires sont radicalement différents. Si à première vue ce constat semble prompt à contredire la conclusion précédente, il renforce l’idée qu’une influence biologique pourrait influencer nos préférences amicales. Une préférence pour une personne ayant une immunité très différente pourrait avoir des avantages en termes de survie. Si vous êtes immunisé contre le pathogène X et votre ami contre le Y par exemple, aucun d’entre vous ne pourra attraper la maladie X ou Y de l’autre. Malin.

Reste une question : comment flairons-nous ces « amis biologiquement sympathiques » ? Pas de réponses précises pour l’heure. De nombreux facteurs peuvent être pris en compte. Certaines personnes peuvent se sentir plus à l’aise avec d’autres qui ont le même type de corps ou de cheveux. Certains groupes se constituent aussi dans certains types de lieux. Ceux qui aiment l’élément aquatique près des plages, l’odeur du café dans les troquets… Les recherches de ce type ne sont pas courantes et la génétique « des ressemblances entre amis » n’est encore pas une science installée.
Il y a fort à parier que les généticiens ne tarderont pas à éplucher les profils Facebook de leurs amis pour leurs prochaines études.

Article créé le 15-07-2014 écrit par Marie Sans et paru sur :

lien-sources

Remonter en haut de la page

Retour à la catégorie initiale : Vie courante