Nous sommes le Dimanche 19 Novembre 2017

71 médicaments plus dangereux qu’utiles



Selon la revue médicale Prescrire, au 1er janvier 2015, il y a en France 71 médicaments « dont la balance bénéfices-risques est défavorable dans toutes les situations cliniques pour lesquelles ils sont autorisés ». Ce constat intervient après que la revue ait fait le bilan des médicaments analysés* dans ses pages de 2010 à 2014. Il s’agit soit de médicaments actifs qui exposent à « des risques disproportionnés par rapport aux bénéfices qu’ils apportent », soit de médicaments anciens « dont l’utilisation est dépassée », soit de médicaments récents « dont la balance bénéfices-risques s’avère moins favorable que celle de médicaments plus anciens », soit de médicaments « dont l’efficacité n’est pas prouvée au-delà d’un effet placebo et qui exposent à des effets indésirables graves ». Voici les médicaments concernés par classe thérapeutique :

Cancérologie

Removab® (catumaxomab), Vectibix® (panitumumab), Yondelis® (trabectédine), Caprelsa® (vandétanib), Javlor® (vinflunine).

Cardiologie

Rasilez® (aliskirène), Lipanthyl® ou autre (fénofibrate), Befizal® (bézafibrate), Lipanor® ou autre (ciprofibrate), Procoralan® (ivabradine), Adancor® ou autre (nicorandil), Alteis®/Olmetec® (olmésartan, seuls et en association à doses fixes avec l’hydrochlorothiazide dans Alteisduo®, Coolmetec® ou avec l’amlodipine dans Axeler®, Sevikar®), Vastarel® ou autre (trimétazidine).

Dermatologie – Allergologie

Protopic® (tacrolimus dermique), Primalan® (méquitazine), Phénergan® (prométhazine injectable).

Diabétologie – Nutrition

Trajenta® (linagliptine, seul et associé avec la metformine dans Jentadueto°), Onglyza® (saxagliptine, seul et associé avec la metformine dans Komboglyze), Januvia®/Xelevia® (sitagliptine, seul et associé avec la metformine dans Janumet, Velmetia), Galvus® (vildagliptine, seul et associé avec la metformine dans Eucreas®), Xenical® ou autre (orlistat).

Douleur – Rhumatologie

Parmi les antalgiques, Celebrex® (célécoxib), Arcoxia® (étoricoxib), Dynastat® (parécoxib), Idarac® (floctafénine), Ketum gel® ou autre (kétoprofène), Feldène® ou autre (piroxicam). Parmi les traitements de l’ostéoporose, Prolia® (dénosumab), Protelos® (ranélate de strontium). Dans la prise en charge de l’arthrose, Art 50® ou autre (diacéreine), Voltaflex® ou autre (glucosamine). Parmi les autres traitements de la douleur à écarter selon Prescrire, le myorelaxant Lumirelax® (méthocarbamol), le Coltramyl® (thiocolchicoside), Krystexxa® (pégloticase), Hexaquine®, Okimus®, Quinine vitamine C Grand® (quinine), Colchimax® (colchicine + poudre d’opium + tiémonium), Percutalgine® (dexaméthasone + salicylamide + salicylate d’hydroxyéthyle), Cortisal® (prednisolone + salicylate de dipropylène glycol).

Gastro-entérologie

Motlium® ou autre (dompéridone), Droleptan® (dropéridol), Resolor® (prucalopride).

Gyncologie – Obstétrique

Livial® (tibolone).

Hématologie

Ferrisat® (fer dextran).

Infectiologie

Izilox® ou autre (moxifloxacine), Ketek® (télithromycine).

Neurologie

Parmi les traitements de la maladie d’Alzheimer
Aricept® ou autre (donépézil), Reminyl® ou autre (galantamine), Exelon® ou autre (rivastigmine), Ebixa® ou autre (mémantine).
Dans ceux de la sclérose en plaques
Avonex®/Rebif®/Betaferon® ou autre (interféron bêta), Tysabri® (natalizumab), Aubagio® (tériflunomide).
Des médicaments prescrits dans la migraine et la maladie de Parkinson « sont aussi à écarter » comme Sibelium® (flunarizine), Nocertone® (oxétorone), Tasmar® (tolcapone).

Pneumologie – ORL

« Les décongestionnants vasoconstricteurs par voies orale et nasale (l’éphédrine, la naphazoline, l’oxymétazoline, la pseudoéphédrine et le tuaminoheptane)exposent à des troubles cardiovasculaires graves voire mortels » indique Prescrire qui recommande de les éviter. De même, pour les médicaments à base de pholcodine, Thiovalone® (tixocortol associé à la chlorhexidine).

Psychiatrie – Dépendance

Valdoxan® (agomélatine), Cymbalta® (duloxétine), Ixel® ou autre (milnacipran), Effexor LP® ou autre (venlafaxine), Stablon® (tianeptine), Sycrest® (asénaprine sublinguale), Priligy® (dapoxétine), Stresam® (étifoxine), Zyban® (bupropione), Champix® (varénicline).

*recherche documentaire méthodique et reproductible, détermination de critères d’efficacité pertinents pour les patients, hiérarchisation des données scientifiques selon leur niveau de
preuves, comparaison versus un traitement de référence, prise en compte des effets indésirables et de leur part d’inconnues.


Article paru le 03 Février 2015 publié par Aurélie Blaize, journaliste santé et validé sur :

lien-sources

Remonter en haut de la page

Retour à la catégorie initiale : Corps, Importants