Nous sommes le Jeudi 19 Octobre 2017

Comment se reprogrammer positif en 7 étapes ?


Marion a quitté son mec et n’arrive pas à tourner la page, Sophie se laisse marcher sur les pieds par ses collègues sans parvenir à réagir, Sandrine ne sait jamais ce qu’elle veut et hésite à prendre des décisions, Anne a raté son permis dix fois et pense qu’elle ne l’aura jamais…
On se heurte toutes a ce type de problèmes, et on a toutes et tous des poussées de stress a répétition qui nous polluent le mental , alors qu’il suffirait de peu pour changer les choses pour être plus positif .
Comment ?
Dans son livre efficace et épanoui par la PNL, paru aux éditions Marabout, René de Lassus explique comment utiliser certains principes de cette technique de développement personnel, la Programmation neurolinguistique, afin d’améliorer son quotidien.

Alors la PNL, c’est quoi ?
Inventée par deux Américains, Richard Bandler et John Grinder, la PNL fait partie des thérapies regroupées sous le terme de développement personnel.
Le ‘P.’ signifie programmation : parce que toutes nos compétences sont dues à des apprentissages, des ‘programmes’.
Le ‘N.’ signifie neuro : parce que ces programmes s’appuient sur la conscience de nos cinq sens.
Le ‘L.’ signifie linguistique parce que ces programmes s’expriment par le langage des mots et le langage des gestes.

Pour tous les actes de la vie, qui vont des plus simples aux plus compliqués, nous utilisons donc des programmes que nous avons intégrés en nous depuis l’enfance.
Et il semblerait que si la réussite n’est pas toujours au rendez-vous, c’est que nos ‘programmes’ sont inadaptés.

Suffit-il d’en changer et de se ‘reprogrammer positif’ pour être plus épanoui(e) ?
Oui, répond la PNL, car le secret du succès n’est ni une question de dons exceptionnels, ni une question de chance, mais essentiellement de punch et d’ énergie .
Et ceux qui gagnent à tous les coups sont ceux qui utilisent de façon optimale leurs ressources personnelles.
Vous êtes sceptique ?
Voici un plan en sept points qui vous aidera à atteindre vos objectifs en mobilisant le ‘potentiel de réussite’ que vous avez en vous.

J’arrête de me dévaloriser
Prenons un exemple assez classique : vous végétez dans un boulot qui ne vous convient pas du tout, mais vous n’osez pas partir.
Pour pouvoir être en mesure de bouger, il faut d’abord vous interroger sur ce qui bloque…
De quoi ai-je peur ? Qu’est-ce qui m’empêche de m’en aller ? Quels avantages résultent de ma situation actuelle ? Pourquoi ai-je des doutes sur mes capacités ? Pourquoi je reste dans un job qui est largement en dessous de mes aptitudes ? D’où vient ce manque d’estime de moi ? Qui m’a mis cette image négative de moi-même dans la tête ?
Commencez par chasser toute pensée négative à votre sujet pour la remplacer par une pensée positive :
‘Je suis quelqu’un de bien et je mérite ce qu’il y a de mieux’
Pour vous aider, il suffit de vous remémorer les occasions où vous vous êtes montrée super efficace, au lieu de vous laisser miner par vos pseudos d’échecs.
Plutôt que de penser que vous ratez toujours tout, demandez-vous vraiment tout ?

Je me recadre positif
Une fois ce petit retour en arrière effectué, il faut à présent essayer de transformer le regard qu’on pose sur soi et sur les autres et identifier le ou les comportements à modifier.
Un bon moyen de se regonfler l’ego pour être positif , c’est de faire une liste écrite de tout ce qu’on a réussi jusqu’à présent.
Pour le boulot, par exemple, la liste pourrait être celle-ci :
Après mon bac, j’ai fait trois ans d’études, donc j’arrive à concentrer mes efforts pour atteindre un objectif.
J’ai six ans d’expérience professionnelle à faire valoir sur mon CV, je n’ai donc pas perdu mon temps.
Je reste dans des conditions très dures à supporter ; donc je suis endurant(e) et volontaire.
En conclusion, il n’y a aucune raison objective pour que vous reculiez devant le risque.
Projetez-vous dans l’avenir et imaginez vous une fois que vous aurez utilisé de nouvelles options cela vous aidera à franchir certains obstacles pour un comportement plus positif .

Je reprends le contrôle de ma vie
Le bonheur, ‘c’est si je veux quand je veux ! ‘ , ce n’est pas une question de chance ou de malchance, mais de volonté.
Plus on assume la responsabilité de ses choix, et plus on est libre et efficace.
Si vous vous dites : ‘Je n’ai pas de chance en amour ; je n’attire que des personnes glauques qui ne veulent pas s’engager’ rien ne changera.
En revanche, si vous admettez l’idée que vous rencontrerez l’homme (la femme) de votre vie en cessant d’être en position d’attente, c’est gagné.
L’erreur fondamentale, c’est de donner aux autres le pouvoir de nous rendre heureux(se).

Je me fixe un objectif clair et précis
Changer, c’est savoir ce que l’on veut et le vouloir a fond, passionnément.
Pour réussir, il est important de formuler son objectif de manière claire et positive .
Les objectifs formulés de façon négative comme ‘Je ne veux plus m’écraser devant les autres’ ne marchent pas.
Un objectif doit être concret, du style ‘Je veux que ça aille mieux’.
Dernière recommandation, l’objectif visé doit dépendre de soi, pas de quelqu’un d’autre.
Alors, pas de ‘Je veux que mon patron me propose une promotion !’ , mais plutôt ‘Je me donne un an maximum pour trouver un nouveau job plus intéressant ou pour obtenir cette promotion’.

J’agis car si je ne fais rien, il ne se passera jamais rien !
Une fois l’objectif choisi, il reste à trouver les moyens concrets pour parvenir à son but :
Comment vais-je m’y prendre ?
Quel est le premier pas a accomplir ?
Si votre but est de changer de job, il faut d’abord sélectionner les entreprises dans lesquelles vous pourriez faire carrière, envoyez des CV, répondez aux annonces, acceptez systématiquement les entretiens d’embauche et rencontrez les directeurs des ressources humaines.
Faites jouer vos relations.
Parlez de votre projet a tous ceux qui sont susceptibles de vous aider. Peaufinez votre formation en suivant des stages. Développez vos compétences initiales en vous perfectionnant en anglais, en informatique. Et, pour avoir plus d’assurance, suivez des cours de théâtre, de danse ou de relaxation. Vous pouvez aussi observer comment font les autres. Il ne s’agit pas de » copier » leur attitude, mais de comparer vos modes de fonctionnement aux leurs, quitte à vous en inspirer s’ils sont meilleurs.

J’exploite toutes les facettes de ma personnalité
Une fille jolie intelligente qui passe ses week-ends en solo devant la télé, ça ne peut plus durer !
Comment faire avancer les choses ?
En puisant dans vos ressources internes, vos souvenirs, vos expériences, votre imagination, les stratégies qui vont vous aider à changer les choses.
En puisant également dans vos ressources externes, vos lectures, votre observation des autres et de leurs compétences, pour vous construire des modèles d’action.
Si l’objectif est : ‘Je veux rencontrer une personne sérieuse’ , la stratégie sera : ‘A la première personne qui me plait, je fonce. Je me débrouille pour lui parler et je fais le premier pas’.
On peut aussi mettre ses amis communs à contribution pour organiser des occasions de revoir ou encore de pister la personne et fréquenter les endroits où elle est susceptible d’aller.
Et si il ou elle ne mord pas à l’hameçon, inutile d’en faire un drame, dites-vous que ce n’était pas quelqu’un pour vous.
Il n’y a pas d’échecs, il n’y a que des résultats, bons ou mauvais.
Si on se plante, ce n’est pas la fin du monde.
Les gagnants sont ceux qui savent encaisser les échecs, les analyser et rebondir en utilisant leurs erreurs pour affiner une nouvelle stratégie d’action.

Je visualise chaque jour l’objectif à atteindre
Cette visualisation positive est une aide précieuse quand la détermination fléchit.
Il faut franchir en pensée toutes les étapes nécessaires à l’aboutissement du projet, se faire le film, entendre ce qui sera dit, éprouver par anticipation les sentiments de joie de la réussite.
Cela arrivera ensuite fatalement, il suffit d’y croire.


Par Catherine Marchi « On a tous en soi les ressources pour vivre comme on veut »
Sylvie Tenenbaum est l’auteur, avec Josiane de Saint-Paul, de L’esprit de la magie, la Programmation neurolinguistique, paru aux éditions InterEditions.

Quels outils de la PNL peut-on utiliser tous les jours ?
La PNL aide à avoir une attitude compréhensive face à la vie et, surtout, face aux autres. Savoir que chacun a sa vision du monde, ni meilleure, ni pire, ni plus bête, ni plus intelligente que la sienne, rend plus tolérant, plus respectueux. Comprendre qu’on a tous en soi les ressources nécessaires pour vivre comme on en a envie, qu’on a aussi des limites, mais que les limites se repoussent si on le désire, c’est réconfortant.
En PNL, on dit qu’il n’y a pas d’erreurs mais seulement des résultats. Pouvez-vous nous expliquer ?
Tous les choix qu’on fait, tous les comportements qu’on adopte, sont les meilleurs qu’on puisse faire au moment où on les fait. Bien sûr, avec le recul, on peut réajuster notre vision et se dire : » Là, j’aurais dû faire autrement, j’aurais dû proposer autre chose », etc. Cette idée enlève le poids des jugements de valeur défavorables qu’on porte sur soi-même. Du coup, on se place moins en jugement de valeur par rapport aux autres, ce qui facilite la communication.
Qu’est-ce que ça change dans les relations avec l’autre ?
En stage de PNL, on apprend à observer l’autre pour mieux le connaître, et à arrêter d’interpréter ou de projeter sur lui ses propres idées. On apprend aussi à ne plus vivre en fonction du regard des autres, mais en fonction de ses motivations profondes et personnelles.
On fait une sorte de bilan ?
Oui.
Le travail en PNL permet de savoir ce qui est vraiment important pour soi, de formuler ce qu’on ne veut plus, d’analyser les raisons de ses blocages. Une fois qu’on a défini son but de vie et ses valeurs, on réfléchit à ce qu’on peut faire pour y arriver. Définir ses objectifs et ses stratégies d’action est essentiel. Réfléchir à son idée personnelle du bonheur et de la réussite permet d’avancer dans le concret, et non plus dans l’abstrait.

Article paru sur : astucespratiques.blogspot.com

C’est décidé, on arrête de se répéter qu’on n’arrive à rien et que le succès n’est pas pour nous.
Se programmer positif, facile à dire mais plus difficile à faire ?
Pour repeindre sa vie en rose avec un comportement positif, deux objectifs : clarifier ses buts et changer sa façon de voir les autres et le monde.
Et ça, c’est à la portée de tous !

Remonter en haut de la page

Retour à la catégorie initiale : A faire, Corps