Nous sommes le Dimanche 22 Octobre 2017

Pourquoi notre mental nous ment?


Notre mental, même lorsqu’il a bien appris ses leçons, n’est jamais à la hauteur pour nous libérer de nos mémoires, je peux le voir de plus en plus clairement à travers mes divers accompagnements. Nous pensons souvent pouvoir trouver la solution à nos problèmes à travers des livres qui nous expliquent d’où proviennent nos maladies et nos douleurs, mais bien qu’ils puissent nous apporter certaines compréhensions et certaines pistes, ils sont loin de pouvoir mettre le doigt précisément sur notre problème « à nous ».


En fait, nous sommes tous différents et chaque histoire est unique. Nous tous, à travers une même peur, une même blessure ou une même maladie, portons une résonance, une vibration similaire, et en ça, nous formons une entité porteuse d’une mémoire identique qui est à libérer. Toutefois, chaque individu détient sa propre mémoire et celle-ci est unique. Elle est une des facettes de la mémoire collective et elle est donc propre à chacun. Bref, nous pouvons trouver une cause à notre peur, nous pouvons aussi la comprendre mentalement et même la ressentir profondément dans notre cœur, mais si nous n’allons pas à la rencontre de l’origine unique de cette peur pour nous et nous seul, alors nous ne pouvons pas réellement nous libérer.

Je vois clairement, à travers les consultations et les ateliers que je propose, ce mental tenté de décrypter, d’analyser et de libérer ce qu’il croit être la cause et l’origine de son problème. Parfois, des personnes viennent me voir et m’expliquent tout le travail qu’elles ont déjà fait et tout ce qu’elles ont compris par rapport à leur malaise. Certaines sont de vraies encyclopédies et s’y connaissent beaucoup mieux que moi dans le décodage des maladies ou dans la signification de leur comportement. Malgré tout, elles se trouvent incapables de résoudre leur problème. Une des premières raisons à cet échec, c’est qu’elles essayent de se libérer avec leur mental et ça c’est impossible. Le mental est capable de bien des choses, mais pas de se libérer de ce que lui-même a mis en place. Ce serait comme un auto-sabotage pour lui, il préfère don nous mettre sur la mauvaise route où nous mentir. La deuxième raison découle de la première, car puisqu’il ne peut s’auto-saboter, il ne peut pas vous emmener au bon endroit, là où se trouve l’origine même de votre souffrance.

Récemment, j’ai eu la visite d’une personne qui, suite à un désagrément de santé, était passée dans les mains d’une dizaine de personnes dans des tas de disciplines les plus diverses les unes que les autres. Elle avait eu toute sorte d’explications, de causes et d’origines possibles, mais son problème était toujours là et rien n’y changeait. Elle est arrivée chez moi en disant que finalement elle se foutait de savoir ce qui était à l’origine de son problème, ce qu’elle désirait c’était le résoudre à tout prix ! Nous avons commencé par discuter. Je lui ai posé des questions, et moi aussi (n’échappant pas à la règle), j’entendais mon mental analyser, réfléchir et trouver des solutions… La seule différence, c’est que je sais, je connais ce mental. Je sais qu’il aime avoir raison, trouver la solution et comprendre, alors, je le laisse juste s’amuser quelques minutes, avant de me mettre vraiment au travail… Car, c’est seulement par l’intermédiaire de mon intuition, du langage de mon âme, que je peux guider l’autre vers les réponses que lui apportera alors son âme.

Ensemble, nous avons découvert ce que mon mental avait déjà perçu, ce désagrément était clairement responsable du rejet qu’elle vivait et il activait donc cette blessure. Toutefois, nous n’en étions qu’au tout début de l’histoire… En réalité, derrière ce rejet, nous avons pu découvrir qu’il ne s’agissait pas d’une blessure, mais juste d’un moyen mis en place par l’enfant pour ne pas être confronté à sa vraie souffrance, sa vraie blessure. Il s’était mis à exister dans le but de repousser les autres et cela la faisait souffrir, c’est vrai, mais c’était juste la meilleure façon que son corps avait trouvé pour se protéger d’une souffrance bien plus grande.

En fait, sa grande blessure était de croire qu’elle était bête, qu’elle n’était pas à la hauteur et incapable, et pour être sûre que les autres ne le découvrent pas, elle avait (inconsciemment) demandé à son mental de mettre en place un moyen pour qu’ils ne puissent pas le savoir. Bref, ce désagrément avait été un plan minutieux de son mental pour que les gens la fuient et ne puissent donc pas découvrir cette terrible vérité à son sujet. En découvrant cela, nous avons pu ensemble nous rendre à l’endroit où cette blessure était logée et nous avons réussi à défaire cette croyance programmée depuis l’enfance et à libérer cette mémoire de souffrance.

Notre mental est très malin et les plans qu’il programme pour nous protéger de la souffrance peuvent être excessivement subtils, quoi qu’il en soit, sachez que son intelligence ne pourra jamais vous ramener à l’origine de son plan, c’est une question de survie pour lui…

Article paru le 08/07/2014 sur :

lien-sources

Remonter en haut de la page

Retour à la catégorie initiale : Corps