Nous sommes le Jeudi 19 Octobre 2017

Mincir facilement après 40 ans



Par le Docteur Jacques Fricker

La prise de poids à la quarantaine, quelles que soient ses causes (changements hormonaux, mode de vie), n’est pas une fatalité !
Voici les conseils du nutritionniste Jacques Fricker pour éviter les kilos superflus et rester bien dans son corps (et dans sa tête !) passé 40 ans !

Pourquoi prend-on du poids ?
A partir de la quarantaine, la femme, comme l’homme, perd une partie de sa masse musculaire, si elle reste sédentaire. Résultat : les dépenses caloriques diminuent et le corps devient plus économe.
On risque alors de prendre du poids, et ce d’autant plus que les dérèglements hormonaux précurseurs de la ménopause pointent souvent le bout de leur nez.
Ces changements entraînent alors une répartition des graisses différente, davantage localisées au niveau du ventre, de la poitrine et des bras.

Choisir le bon régime
Fuyez les régimes déséquilibrés qui interdisent des familles entières d’aliments.
Vous avez besoin de :
– Protéines : viande, poisson, œufs, produits laitiers.
– Sucres lents : féculents, pain, fruits.
– Bonnes graisses : huile de colza et huile d’olive, poissons gras.
– Vitamines et minéraux : fruits et légumes.
– Plaisirs, chocolat, douceurs… avec mesure !

Prendre le temps de mincir
Méfiez-vous des régimes express ! Après 40 ans, maigrir trop vite accentue les rides : à quoi bon une silhouette plus jeune si votre visage vieillit ?
De plus, les régimes rapides, souvent drastiques et déséquilibrés, sont plus fatigants à 40 ans qu’à 30, et ils deviennent plus néfastes pour l’organisme, notamment pour le squelette (ostéoporose) et les muscles (fonte musculaire).

Perdre des kilos en douceur
Pas de régime trop rigide : préférez les méthodes souples, les régimes équilibrés qui vous permettront de retrouver puis de garder la ligne, tout en vous adaptant aux diverses circonstances.
En clair : il faut éviter les régimes dissociés ou protéinés, par exemple.

Pas de repas solitaires
En famille, le soir et le week-end, préparez un repas complet où chacun trouvera son compte, par exemple poulet, pommes de terre et haricots verts.
Si vous devez maigrir, privilégiez poulet et haricots verts, et contentez-vous d’une seule pomme de terre, sans prendre de pain en plus.
Vos proches prendront proportionnellement davantage de pommes de terre, et moins de haricots verts.
Ainsi, tout le monde partage le même repas, ce qui non seulement évite les frustrations pour vous, mais limite aussi les préparations culinaires.

Surveiller les cycles hormonaux
Le cycle hormonal influence l’appétit. Les femmes qui ont encore leurs règles ont tendance à peu manger en milieu de cycle, durant la période d’ovulation, ainsi que pendant les règles. En revanche, elles mangent plus lors des dix derniers jours du cycle, période précédant la survenue des règles.
L’écart calorique journalier peu atteindre 400 calories, soit 2/3 d’une baguette, une grosse part de gâteau ou encore un demi-camembert !
Ces variations sont physiologiques. Le maintien d’un poids normal est le plus souvent assuré par l’alternance de ces périodes à « grande » et à « petite » faim.
Cependant, lorsque les fringales survenant avant les règles sont particulièrement intenses, elles peuvent nuire à la ligne.

Faire un peu d’exercice
Si vous souhaitez éviter les kilos superflus, prenez le temps de bouger.
L’idéal ? Si vous êtes sportive : trois, quatre heures de sport par semaine… Par exemple 2 heures de jogging ou de natation et 1 à 2 heures de gymnastique.
Mais attention, ce n’est pas obligatoire!
Si vous ne raffolez pas du sport, essayez la marche :
une heure de marche par jour, d’un bon pas (environ 5 km) aura le même effet que le sport sur votre santé et votre poids.

Sources
A lire : « Maigrir vite et bien » par le docteur Jacques Fricker, aux éditions Broché, mars 2002

Remonter en haut de la page

Retour à la catégorie initiale : Corps