Nous sommes le Samedi 16 Decembre 2017

Les fautes d’orthographe…



Plus on traîne sur le net, plus on se rend compte avec effroi des fautes commises :
pas les fautes dites d’inattention (elles portent bien leur nom et sont pardonnables…), mais celles commises par manque de scolarité suivie, de mimétisme, de réflexion (le mot a déjà été lu/vu au moins une fois dans sa vie mais nous n’avons pas retenu l’orthographe… on ne parle pas de rhododendron ou ornithorynque – que je viens d’ailleurs d’écrire sans faute, j’en suis par ailleurs très étonnée 😉 )
Les gens écrivent non seulement en mode SMS (Short Message Service) – pensant comme au début des SMS que le nombre de caractères utilisé pour envoyer le message était comptabilisé et donc, on réduisait au maximum ce nombre afin de ne pas dépasser 1 ou 2 SMS maximum à cause du forfait qui risquait d’être « explosé » en 2 jours… – mais écrivent également avec des mots dits « entiers » mais pas tant que cela… car plein de fautes…
Bref, nous ne sommes pas des « Molière » ou « Nietzsche » en puissance mais, si en tapotant sur la toile (ou lors de l’utilisation d’un traitement de texte basique), nous faisions simplement attention au(x) mot(s) souligné(s) de rouge (ne me dites pas, on le(s) voit, si si!!), je pense que l’orthographe s’en porterait nettement mieux…
Donc, pour améliorer ces lacunes (et pas « lagunes »…!!!) il suffit d’être un peu attentif (et pas attentionné…!!) et d’avoir quelques astuces…
1) vérifiez lors de la frappe que le mot n’est pas souligné de rouge; si tel est le cas, faire un « clic droit » afin d’avoir une correction (évidemment, cliquer sur la bonne correction hein…!)
2) n’hésitez pas à ouvrir un « Petit Robert » (non, pas le voisin… le dictionnaire… prendre un Larousse si cela vous convient mieux)
3) ne vous lancez pas non plus dans des « plus que parfait du subjonctif » : changez de phrase 🙂
4) arrêtez de vous abrutir le cerveau avec des jeux comme Candy Cr…. ou les Simps…. : jouez au scrabble ou à des jeux de lettres (en ligne il y en a des très bons 🙂 )

Après ces conseils personnels, je vous mets ci-dessous l’excellent article paru sur


lien-sources


10 fautes de français qu’on fait tout le temps en étant convaincu que c’est juste

Vous n’avez jamais été une flèche en orthographe, mais pas totalement une brêle non plus. Disons que vous êtes dans la moyenne: vous vous débrouillez, et parfois vous improvisez un peu avec ces fichus accords du participe passé, ou bien vous contournez le problème en tournant la phrase autrement. Sauf que ce que vous ne savez pas, c’est que même quand vous croyez vous en sortir haut la main, vous faites des erreurs, sans même vous en douter. La preuve en 10 fautes très moches, que vous commettez allègrement tous les jours, et qu’on va corriger ensemble.

-1- On n’écrit jamais « quelque soit ». Non, jamais.
On peut écrire « quel(s) que soi(en)t », « quelle(s) que soi(en)t », en fonction du terme qui suit. Mais pas « quelque soit »: même si ça se fait dans les courriers administratifs, ce n’est pas une excuse.
-2- On ne devrait jamais écrire « autant pour moi », c’est mal.
Il faut écrire « au temps pour moi ». On vous voit venir, vous ne nous croyez pas, vous doutez? Allez vérifier. Alors ? Et oui, on a raison. Cherchez pas.
-3- « Quelquefois », à de très rares exceptions, s’écrit toujours en un seul mot.
Est ce qu’il vous est déjà arrivé quelquefois d’écrire correctement « quelquefois »?
-4- La phrase « les reines se sont succédé » est correcte.
Même si ça fait moche.. Le participe passé du verbe « succéder » ne doit pas s’accorder au féminin pluriel. Alors oui, vous avez raison, « les reines » est sujet et l’auxiliaire « être » impose normalement qu’on accorde avec le sujet, mais pas là. Si on vous dit que c’est parce que le pronom « se » est ici un COI, ça ne vous éclaire pas, n’est-ce pas? Et bien pourtant, ici, c’est ce qui explique tout.
-5- « Parmi » et « malgré » ne prennent jamais de « s ».
Ne mettez pas de mauvaise volonté, pour une fois c’est facile quand même, on vous dit: JAMAIS. Donc vous le retenez une fois et c’est bon. Par contre, « toujours » en a toujours un. Toujours. Et « jamais » aussi. Mais ça va vous embrouiller.
-6- « Cent » et « vingt » ne prennent un « s » que s’ils sont multipliés et non suivis par un autre adjectif numéral.
Donc « cent Z euros », c’est affreux. Idem pour « vingt Z euros ». Ne faites pas les bons élèves qui n’ont jamais fait cette faute à l’oral, on vous a entendu. Et c’était pas joli joli.
-7- Le verbe « appeler » est sacrément chiant. Certes.
Un coup il prend 2 « l » , un coup il n’en prend qu’un… Pourquoi « j’appelle » mais nous « appelons »? Résumons: au présent, il n’y a qu’avec « nous » et « vous » qu’il ne prend qu’un « l ». Par contre il prend toujours deux « p ». C’est bon là, ça va mieux?
-8- Ne commettez pas l’erreur effroyable d’omettre que « commettre » et « omettre » n’ont pas le même nombre de « m » !
-9- Nous ne vous ferons pas l’injure par contre de vous rappeler que « apercevoir » ne prend que un « p », vous vous en serez bien aperçu par vous-même…
-10- Il ne faut jamais écrire « elle s’est permise » ou « je me suis permise » (même quand on est une femme.)
C’est une faute très moche qu’on vous expliquerait bien, mais la raison étant semblable à celle du point n°4 qui vous a peu emballé, on hésite, on ne voudrait pas être trop rébarbatifs.

Les terminaisons des verbes du troisième groupe, ce n’est pas (si) compliqué.
Vous écrivez « il résoud » sans broncher, votre coeur balance entre « je peins » et « je peinds », « tu vend » ne vous fait ni chaud ni froid. Pourtant, ce sont des horreurs qui rendraient malade le premier prof de français venu. Ici par contre, à part vous réconcilier avec votre Bescherelle, peu d’issues possibles…

Alors, allez nous dormir moins bêtes cette nuit?

Remonter en haut de la page

Retour à la catégorie initiale : Non classé